Accueil > Luzech (46) – 3/2019 > Récit > page 1 >

Luzech (46) – 3/2019

Samedi 30 mars 2019

Le parcours



Le récit


image d'un voyageC’est sous un ciel immaculé mais avec une température très fraîche que nous quittons l’aire de camping-cars de Luzech où nous sommes arrivés hier soir à la nuit. Nous traversons le centre du village par une petite rue puis nous attaquons la montée de l’Impernal, la colline qui domine la boucle du Lot, en passant au-dessus de la centrale hydraulique. Nous faisons une pause photo juste après la centrale. De là, on a une belle vue sur la vallée et les collines avoisinantes. De l’autre côté de la route, il y a un grand trou. On domine l’ancienne voie ferrée et l’entrée du tunnel qui passe sous l’Impernal. Nous reprenons la route qui grimpe fortement pour prendre, un peu plus loin à droite, la route du sommet. Après quelques lacets bien pentus, nous voilà au sommet. Depuis la table d’orientation, on a une belle vue sur la boucle presque complète que fait le Lot à Luzech. Un sentier, qui monte à pied directement du village, arrive juste à la table d’orientation. Après quelques photos, nous reprenons la route jusqu’au dernier carrefour pour reprendre la montée jusqu’au plateau du Causse.

 


image d'un voyageAprès un joli parcours dans la forêt, nous arrivons à Calvignac, un tout petit hameau où nous remarquons une jolie bâtisse en pierre. Notre parcours continue dans la forêt, puis nous descendons vers la route de Cahors et la vallée du Vert. Nous rejoignons la route de la vallée, laissant les routes larges et bien roulantes aux automobilistes pressés. Nous remontons le long de la rivière, passant en-dessous de St-Médard, pour découvrir un peu plus loin le château de Vilary qui domine la route à gauche, juste avant le lac Vert où un concours de pêche a attiré les adeptes de la ligne. Finalement, nous arrivons à Catus où nous faisons une pause photo près de l’église. L’intérieur est particulièrement clair avec des murs blancs et des piliers peints en jaune d’or. Nous repartons en faisant un tour près de la halle, un joli bâtiment semi-fermé avec de belles ouvertures en arche. Pour matérialiser le festival du Cat Perché – Catus veut dire chat en latin – les organisateurs ont parsemé le village de silhouettes de chat, notamment sur les panneaux d'entrée du village et sur les lieux de passage. Une légende serait à l’origine du nom du village.

 


image d'un voyageNous quittons Catus par une route qui monte au-dessus de la vallée du Vert. On a une belle vue sur le village derrière nous et sur le lac devant. Après le premier virage, nous quittons la vallée et rejoignons le Causse dans un joli paysage de forêt dont les chênes pubescents attendent encore pour laisser pousser leurs feuilles. Nous traversons le petit village de Mongesty où trône une jolie chapelle en pierre. Après un beau parcours entre forêts et prairies, nous nous arrêtons à Maussac où une jolie table ronde nous tend les bras pour le déjeuner. La petite église, bordée du cimetière est flanquée d’un superbe presbytère en pierre. Toutes les boîtes aux lettres du village sont regroupées à côté, nous donnant l’occasion de saluer quelques unes des habitantes du lieu. Après déjeuner, nous reprenons la route et une jolie descente dans la forêt nous amène aux Arques. Nous nous arrêtons devant la mairie pour une pause photo. Les sculptures de Zadkine, derrière l’église, ornementent la petite place devant le musée. Les couleurs du printemps sont affichées sur une maison du bourg, décorée d’une superbe glycine. Nous repartons dans la descente vers le ruisseau de la Masse. En bas, au bord de la petite route de la vallée, un tapis de violettes au soleil embaume l’air ambiant.

 


image d'un voyageNous continuons sur cette jolie route bordée de prairies et de forêts, pour rejoindre Lherm, un petit hameau où un café associatif nous accueille sous le soleil. Une habitante du lieu me raconte les ragots du village pendant que Martine passe notre commande. Après le café, nous reprenons la route. À la hauteur du village de Canourgues, un beau troupeau de brebis mérite une pause photo. Un agneau nouveau-né ne quitte pas sa mère d’une semelle alors que le bélier nous laisse admirer sa belle paire de cornes. Au village des Junies, nous passons de l’autre côté de la rivière. Sur notre gauche, nous pouvons admirer successivement le château puis le couvent. Nous descendons vers le Lot et peu de temps après, nous rejoignons Castelfranc. Nous nous arrêtons sur la place où le clocher-mur de l’église est impressionnant. Nous poussons jusqu’au bord du Vert. Une belle pompe ancienne orne le carrefour. Après un petit tour dans le village, nous reprenons la route qui rejoint les bords du Lot. Nous prenons la voie verte qui se transforme vite en chemin peu pratique pour les tricycles. Finalement, nous rejoignons la route et arrivons peu après à Luzech. Nous passons sous la centrale hydraulique dominée par la tour de l’Impernal, et après un tour au petit supermarché local, nous rejoignons notre camping-car. Nous avons parcouru 53 km sous le soleil.

 

Dimanche 31 mars 2019

Le parcours prévu



Le récit


image d'un voyageCe matin, il fait un peu plus froid que la veille. À peine quelques degrés au lever du jour. Heureusement, le ciel est tout bleu et le soleil réchauffe assez vite l’atmosphère. Nous rejoignons la place du canal, ainsi nommée car c’était là qu’autrefois se trouvait le canal qui reliait les deux bouts de la boucle de Luzech, évitant aux mariniers un long détour, remplacé par une écluse. Nous suivons la rive droite du Lot en amont de Luzech. Nous faisons une première halte au niveau du pont du chemin de fer, juste en aval du barrage qui alimente l’usine hydraulique située de l’autre côté de l’Impernal. Un escalier nous permet de monter sur le pont. En haut, on trouve l’entrée du tunnel qui passe sous l’Impernal, dont nous avons vu l’autre extrémité la veille, près de l’usine hydraulique. Cette dernière est alimentée depuis l’amont du barrage par deux conduites souterraines creusées sous l’Impernal. Depuis le pont, on a aussi une belle vue sur la tour de l’Impernal et sur le village. On peut aussi voir le détail du barrage hydraulique situé à quelques dizaines de mètres en amont. Certains voudraient voir l’ancienne voie ferrée convertie en voie cyclable, mais il y a un conflit avec ceux qui voudraient la voir reprendre sa fonction première et conduire voyageurs et marchandises de Fumel jusqu’à Cahors. En attendant, le dossier est bloqué et aucune des deux parties n’obtient satisfaction.

 


image d'un voyageNous reprenons la route, doublés par quelques cyclistes du dimanche matin. Nous passons devant le village de Caïx. Son camping et sa base nautique sont inactifs à cette saison. Il y a sûrement plus d’animation en plein été, mais nous préférons le calme du printemps. Nous roulons au milieu des vignes du Prince Henri du Danemark. En effet, le château de Caïx est une des propriétés de la Reine Margrethe II du Danemark dont l’époux est français. Le château est à la fois une résidence royale et une propriété viti-vinicole qui produit un vin célèbre de Cahors. Nous faisons plusieurs arrêts photo pour mémoriser ce lieu historique. Juste après le château, nous prenons la route du col de Crayssac qui monte en corniche au-dessus de la vallée du Lot. Nous avons le temps d’admirer le paysage éclairé par le soleil matinal. Arrivés au col, nous faisons une nouvelle pause photo. La pancarte annonce une altitude de 291 m. De là, on a une belle vue sur les vignes et les fruitiers nichés au creux de la boucle du Lot qui passe à nos pieds. Nous reprenons ensuite la route qui continue à monter jusqu’à Crayssac, moins d’un kilomètre plus loin. Nous traversons le village dominé par un clocher remarquable, puis nous prenons à droite en direction de Nuzéjouls.

 


image d'un voyageNous rejoignons la route de Cahors que nous suivons sur quelques centaines de mètres avant de prendre celle de Catus à gauche que nous abandonnons assez vite pour celle de Nuzéjouls. Le relief n’est pas trop prononcé et la route est facile. À l’entrée de Nuzéjouls, nous prenons à droite en direction de Calamane. Une petite descente nous conduit dans la vallée du Rouby où nous passons sous le viaduc du chemin de fer à Calamane, un petit village d’où émerge un joli cloché coloré. Juste après le superbe viaduc en briques, nous passons sous le château de Calamane, un ancien château fort construit à la fin du XVe siècle. Pendant que nous prenons des photos, un duo de vététistes nous interroge. Toujours les mêmes questions. Ils s’arrêteront un peu plus loin pour entrer dans une des dernières maisons à la sortie du village. Nous remontons le ruisseau de Calamane jusqu’à Brouelles, puis nous grimpons sur le plateau que nous suivons un moment avant de redescendre sur Gigouzac, au fond de la vallée du Vert. Nous nous arrêtons à l’aire de jeux devant la salle des fêtes où une table en bois accueille notre déjeuner, juste au bord de la rivière. Il y a un bar juste à côté, mais il est fermé le dimanche. Nous nous passerons de café.

 


image d'un voyageAprès déjeuner, nous quittons Gigouzac et montons sur le Causse jusqu’à Uzech où nous entamons une nouvelle descente sans entrer dans le village. Nous rejoignons St-Denis-Catus, au fond de la vallée du Vert après une belle descente en lacets. Nous remontons de l’autre côté jusqu’à la briqueterie de Boissières où la superbe cheminée et le bâtiment de la direction sont un régal pour les yeux. Après une dernière pause photo, nous entamons la descente vers la vallée du Lot que nous rejoignons à Mercuès. Nous traversons à Douelle par un mont métallique à une seule voie. Les derniers kilomètres, au milieu des vignes et sur des routes un peu fréquentées, n’offrent pas beaucoup d’intérêt. Nous ne traînons pas et rejoignons notre point de départ un peu lassés par cette fin de parcours monotone. Nous avons parcouru 55 km aujourd’hui. Le trajet de ce jour, bien qu’un peu moins intéressant que celui de la veille nous a permis de voir de jolies choses. C’est ainsi que s’achève ce beau week-end où la fraîcheur de l’air, même en plein après-midi avec un soleil qui chauffe, nous a obligés à rester un peu couverts. Nous reviendrons certainement car il reste encore des paysages à découvrir par ici.

 

 

Retour sur la page de présentation