Accueil > Rencontres >

Rencontres insolites

Ces pages ont pour but de faire partager au lecteur les rencontres notables que nous avons faites au cours de nos voyages et au cours de nos sorties. Elles sont marquées par une photo, une anecdote, un objet... En tout cas, c'est un bon souvenir que nous avons ramené dans nos sacoches. La chronologie est décroissante de façon à avoir l'événement le plus récent en premier.

 

Pages : < 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 >

Sidney en voyage

image d'un voyageIl arrive parfois qu'on rencontre des voyageurs à tricycle couché sur la voie verte du canal des deux mers. C'est un endroit que je parcours souvent l'été car on y profite de la fraîcheur des platanes et des chênes centenaires qui bordent le canal. Ce 20 août 2010, c'est Sidney Vanniers que je rencontre, un peu avant Moissac, en Tarn-et-Garonne. Originaire d'Alsace, il a établi son camp de base à Moissac pour les vacances et visite la région avec son Scorpion. Nous avons discuté un bon moment et lui ai parlé du forum Vélorizontal.

 

Rob en voyage

Au bord du canal des deux mers, sur la voie verte qui emprunte l'ancien chemin de halage, il arrive fréquemment qu'on fasse des rencontres, en particulier l'été lorsque les voyageurs circulent. C'est là que j'ai rencontré l'Anglais Rob Davis, ce 16 juillet 2010, un peu après Malause, en Tarn-et-Garonne. Il arrivait de Bordeaux et cherchait un camping. Je l'ai accompagné jusqu'au pont Napoléon et je lui ai indiqué le chemin pour rejoindre celui de Moissac. Nous nous sommes retrouvés à Allègre, en Haute-Loire, le 17 juillet 2011, où il a fait une apparition au rassemblement de vélos couchés avant de reprendre sa route pour l'Espagne.

Comme il parle un peu français, Rob s'est inscrit sur le forum Vélorizontal. Quelques jours après notre première rencontre en juillet 2010, Rob a croisé Philippe Balanger, mon comparse de Montauban, qui se promenait sur la voie verte du canal des deux mers avec son Dragon. Le monde du vélo couché est petit...

 

Lors du voyage Cap Nord 2010

Il n'a pas été possible de placer ici toutes les rencontres faites lors de ces trois mois de voyage aller-retour jusqu'au Cap Nord. Nombreux sont ceux que j'ai rencontrés en route et qui mon félicité, interrogé, encouragé. Autant d'interventions qui mettent du baume au cœur du voyageur solitaire. Qu'ils soient ici remerciés, même s'ils ne figurent pas nommément dans ces pages.

L'âne affolé de Châteauneuf-sur-Sarthe (49)


image d'un voyageLe 13 avril 2010, j'étais en route pour le Cap Nord, peu après avoir quitté Châteauneuf-sur-Sarthe, je longe une prairie où un âne montre une agitation inquiétante à la vue du tricycle. Il court dans tous les sens et je crains qu'il ne saute la barrière. J'ai réussi à prendre une photo à un moment où il était calme, mais très vite il a repris son agitation. La seule solution pour le calmer a été que je continue ma route.

 


À la mairie de Martigné sur Mayenne (53)


image d'un voyageLe 14 avril 2010, lors de ma montée au Cap Nord, j'ai eu un accueil formidable à la mairie de ce petit village. Je cherchais à accéder à internet pour mettre à jour le site. La secrétaire de mairie me signale qu'il faut aller à la bibliothèque qui met un ordinateur à disposition des voyageurs, mais que celle-ci ne sera ouverte que le lendemain. Devant mon air dépité et après que je lui aie dit que je serais loin vers le Nord le lendemain, elle me fait « prenez mon poste » et me laisse sa place au bureau devant son ordinateur où j'ai pu effectuer la mise à jour du site et répondre à mes messages.

 


Sébastien à Montmerrei (61)


image d'un voyageSébastien m'a hébergé chez lui lors de mon voyage aller au Cap Nord. Membre actif de l'Association Française des Bentriders et membre du forum Vélorizontal, il a également effectué un tour du monde en vélo couché avec sa femme Annabelle. Il est aussi l'organisateur du plus grand rassemblement de vélo couchés en France, qui se tient en Normandie, le week-end de Pâques. Alors que les températures étaient des plus fraîches, dormir à l'intérieur ce soir du 15 avril 2010, m'a fait le plus grand bien. Merci Sébastien.

 


Serge à Hérouville-Saint-Clair (14)


image d'un voyageSerge est membre du forum Vélorizontal. Voyageur à vélo couché, il m'a gentiment accueilli avec son épouse le soir du 17 avril 2012. Grâce à leur accueil chaleureux, j'ai dormi au chaud et mon linge a été lavé et séché. Nous avons passé la soirée, jusque tard dans la nuit, à échanger nos souvenirs de voyage et à jouer de la guitare et du ukulélé. Encore merci.

 


Ellie et Rudi à Loon-plage (59)


image d'un voyageLe dimanche 25 avril 2010, avant d'arriver à Loon-Plage, je croise la route d'Ellie et Rudi, deux Sud-Africains en vélo, bien chargés. Ils me racontent qu'ils sont en voyage eux-aussi pour six mois. Ils vont descendre en Normandie, puis en Bretagne, ensuite remonter la vallée de la Loire puis rejoindre le Danemark ou la Suède en train. On fait une photo, je leur indique le chemin à suivre, qui est celui que je viens de parcourir, puis ils partent. Moi, je reprends ma route en pensant qu'il est toujours agréable de rencontrer des cyclistes randonneurs.

 


Le faisan de Breda (NL)


image d'un voyageLe gibier foisonne en Hollande. Il ne doit pas être beaucoup chassé car on le voit même en périphérie proche des villes. À Breda, le 28 avril 2010, je rencontre ce faisan qui se balade au pied des immeubles dans un terrain vague. Cela ne dérange personne et personne ne le dérange, semble-t-il.

 


Les champs de tulipes de Hollande


image d'un voyageLa Hollande est réputée pour ses tulipes. Si vous y passez au printemps, vous aurez sans doutes des chances d'y voir des champs entiers qui colorent les paysages en rouge, en jaune ou bicolore rouge et blanc. J'ai eu cette surprise le 30 avril 2010 du côté de Sneek (NL). Ce paysage multicolore tranche nettement avec les champs verts, couleur du blé en herbe, ou simplement labourés, couleur de terre.

 


Le lapin de Groningen (NL)


image d'un voyageAu camping international de Groningen, en Hollande, où je suis arrivé le 2 mai 2010 après des déboires mécaniques, des lapins se promènent en liberté au milieu des campeurs. Ils sont habitués et rentrent à l'abri tous les soirs. Ils font partie du paysage et personne ne fait attention à eux.

 


Les moulins à vent de Hollande


image d'un voyageLa Hollande est un pays plat, c'est bien connu et je l'ai vérifié. Y rouler à vélo est facile et il y a des pistes cyclables partout. Rien n'arrête le vent là-bas et ça aussi, je l'ai vérifié, parfois à mes dépens. Depuis des siècles l'homme y utilise le vent comme source d'énergie. S'il y a beaucoup d'éoliennes modernes, on trouve aussi d'anciens moulins à vent toujours en état de fonctionner, comme celui de Nieuw-Scheemda, croisé le 3 mai 2010.

 


L'abri-bus de Kleintimmendorf (D)


image d'un voyageQuand il fait bien froid et que le vent souffle, un abri-bus est souvent le bienvenu pour protéger le voyageur pendant la pause. J'ai utilisé cette possibilité à de nombreuses reprises, et dans plusieurs pays, lors de mon voyage au Cap Nord. Cet abri-bus là, rencontré à Kleintimmendorf en Allemagne, peu après avoir quitté Lübeck, le 9 mai 2010, ne m'a pas servi. Mais je l'ai trouvé tellement bien décoré qu'il méritait une photo souvenir.

 


Le chevreuil de Klausdorf (D)


image d'un voyageAu petit matin, ce 10 mai 2010, je venais de quitter le camping et j'avais pris la petite route le long de la côte de la mer Baltique pour rejoindre le ferry qui devait me conduire au Danemark. J'avais parcouru à peine quelques kilomètres lorsque je vis ce beau chevreuil qui se promenait tranquillement au pied des éoliennes. Inutile de dire que dès qu'il m'a vu il a filé. J'ai eu malgré tout le temps de sortir l'appareil photo.

 


La mouette sur le ferry entre l'Allemagne et le Danemark


image d'un voyageLors de la traversée de la Mer Baltique pour rejoindre le Danemark, le 10 mai 2010, les mouettes ont offert aux passagers un spectacle inattendu. Elles volaient en stationnaire à la vitesse du bateau et à deux mètres du bastingage où nous étions installés pour profiter du paysage. Elles avançaient sans bouger, surfant sur le vent invisible créé par le bateau, ce qui était très impressionnant. Certains d'entre-nous leur jetaient de temps en temps un morceau de pain et elles ne faisaient que se déplacer légèrement pour attraper leur proie au vol. Dans ces conditions, les photographes s'en donnaient à cœur joie.

 


Le retraité de Soesmarke (DK)


image d'un voyageLe 10 mai 2010, après avoir débarqué au Danemark et roulé quelques heures, j'avais besoin d'une petite pause. Je jetai mon dévolu sur une aire de repos de la région de Soesmarke, située de l'autre côté de la route bordée de deux superbes pistes cyclables. Il y avait là un cycliste en survêtement, affublé d'un gilet de signalisation, et en sabots. Nous avons vite sympathisé. Ce jeune homme de 76 ans se promenait en vélo autour de chez lui. D'une force peu commune, il respirait la santé.

 


L'Allemand Jörn à Rodøvre (DK)


image d'un voyageLe 12 mai 2010, au camping de Rodøvre, dans la banlieue de Copenhague, j'avais repéré une petite tente près d'un vélo de randonnée chargé de sacoches. Le lendemain, c'est le randonneur à vélo qui repéra mon équipage, rangé devant les locaux collectifs. Jörn est Allemand et parle bien le français. Il est parti de chez lui le 3 mai 2010 pour faire le tour de la mer Baltique. Je lui ai laissé ma carte et il a mis un lien sur son blog.

 


Les Suédoises de Fagersta (S)


image d'un voyageLe 20 mai 2010, je cherchais ma route dans la petite ville de Fagersta au plein cœur de la Suède. Ces trois charmantes jeunes filles m'ont remis sur le bon chemin. Pour les remercier, je leur ai proposé d'essayer le tricycle. Une seule a osé tenter l'aventure sur quelques mètres, mais elles m'ont toutes posé les questions habituelles. Après les avoir quittées, je me suis interrogé : les Suédoises blondes sont-elles une légende ?

 


Au camping de Kungsgärden (S)


image d'un voyageLe 20 mai 2010, lorsque j'arrive au camping de Kungsgärden, en Suède, une dame charmante m'accompagne jusqu'à l'accueil, me signalant, en anglais, que le patron ne parle que le suédois. Maria fait l'interprète puis m'invite à me joindre à ses amis pour la soirée. Je les rejoint vers 22h00, à la nuit tombante, au bord du canal, près d'un feu qui éloigne les moustiques. Nous finirons tard dans la nuit après moult chansons et discussions, bien arrosées pour certains. Le lendemain, à la réception du camping, je paye mon dû. Le patron m'accompagne à l'extérieur du bureau pour un dernier au-revoir. Soudain, il me fait signe de rester, tout excité, et retourne dans son bureau. Un peu perplexe, je m'exécute. Il revient presque aussitôt, armé d'un appareil photo. Après qu'il m'ait volé un souvenir et que j'aie fait une photo de nous deux, il m'a souhaité bon voyage en suédois et j'ai repris ma route vers le Nord.

 


L'écureuil de Nasaker (S)


image d'un voyageLe 26 mai 2010 au petit matin, je reprends ma route après avoir quitté le camping qu'on a ouvert pour moi. La route est déserte et elle monte doucement dans la montagne suédoise. Après quelques kilomètres, je trouve cette pauvre bête étalée sans vie sur la route. J'aurais préféré la voir vivante, mais le monde moderne est un prédateur pour la nature.

 


Au camping d'Asele (S)


image d'un voyageLe 26 mai 2010, j'arrive au camping d'Asele, dans le Nord de la Suède. Le patron est Hollandais et organise des courses internationales de traîneaux à chiens en hiver dans la région. Pour l'heure, c'est désert et je suis le seul client. Je leur porte chance car, peu après mon arrivée, un couple d'Allemands, puis un couple de Russes viennent demander un bungalow. Ayant pitié de moi, le patron me propose une cabane désaffectée avec du bois pour faire du feu dans la cheminée, et ce pour le même tarif que l'emplacement de la tente. Un tel accueil fait chaud au cœur, comme la soirée passée devant la cheminée.

 


Les toilettes de Lillögda (S)


image d'un voyageLe 27 mai 2010, j'ai fait une halte sur une aire de repos aménagée au bord de la rivière Lögde, juste avant Lillögda, en Suède. En suivant un sentier dans la forêt, on trouve des toilettes aménagées d'une manière exceptionnelle. Il y a un tapis pour les pieds, plusieurs rouleaux de papier toilette, un poème illustré affiché sur le mur, un stylo et des bloc-notes suspendus par une ficelle, dont un où il y a déjà des commentaires d'utilisateurs, un livre, en suédois bien sûr, pendu lui aussi par une ficelle, tout un tas de dessins très jolis affichés sur les murs et, bien entendu, les éternels graffitis que l'on trouve partout en pareil lieu.

 


Kari Puupää au Cercle Polaire


image d'un voyageLe 31 mai 2010, je passe le Cercle Polaire Arctique, dans le Nord de la Suède. Au moment où je vais faire une photo devant la pancarte commémorative, une voiture arrivant en face s'arrête juste à hauteur du tricycle. C'est un Finlandais retraité qui vit en Suède. Il parle à moitié suédois, à moitié anglais, avec de temps en temps un mot en russe. Bien entendu, on sympathise vite. D'autant que je lui sors quelques mots en russe moi aussi, ce qui a tôt fait de créer des liens. Kari me dit que quelques kilomètres plus haut il y a un camping, à un endroit où la rivière Kalix fait une chute brutale de 8 m. Je rejoins le camping, je monte la tente et, au moment où je compte aller à la douche, il arrive. Il me souhaite la bienvenue en russe et me donne un papier. C'est son C.V. qu'il a traduit en français sur internet, une attention qui me touche. Ensuite, il va voir les gens du camping et revient en me disant que pour moi c'est gratuit. Voilà un accueil bien sympathique.

 


Les rennes de Laponie


image d'un voyageEn Suède, la signalisation prévient de la présence des rennes, mais je n'en ai pas vu, à part quelques uns dans le Nord. Par contre, dès mes premiers jours en Finlande, je vois régulièrement ces animaux paisibles qui sont là comme les vaches chez nous. La différence c'est qu'ils vivent en liberté et qu'ils ne se gênent pas pour occuper la route. Moi, ça ne me pose aucun problème surtout qu'ils sont souvent effrayés à la vue de mon équipage, mais ils causent parfois des accidents aux automobilistes non avertis qui pensent qu'ils vont déguerpir à la vue et au bruit des véhicules à moteur.

 


Laurent Jeandel, kayakiste, à Muotkajärvi (FIN)


image d'un voyageLe 3 juin 2010, je m'apprête à quitter la Finlande pour la Norvège. Ce matin là, je suis prêt de bonne heure. Après les premiers kilomètres, sur une aire de repos, je vois un kayak arborant le logo d'un constructeur français bien connu, attaché sur une remorque attelée à un fourgon aménagé. Je m'arrête et tape à la porte du fourgon qui est immatriculé dans le Pas de Calais. Je réveille Laurent Jeandel qui est en route pour le Cap Nord. Il va réaliser un parcours en kayak de mer du Cap Nord à Bødø, en Norvège. Tout de suite, le courant passe entre nous. On a plein de connaissances en commun. Ça me fait tout drôle de parler français après plus d'un mois à ne parler qu'anglais. On prend le temps de discuter autour d'un thé, de faire des photos, puis je reprends ma route. Laurent s'est fait piéger par l'absence de nuit de ces latitudes. Il a roulé jusqu'à 3 heures du matin et il est tombé de fatigue. Il me doublera deux fois dans la matinée.

 


Serge Girard, coureur à pied, à Leppäjärvi (FIN)


image d'un voyageLe 3 juin 2010, quelques kilomètres avant la frontière entre la Finlande et la Norvège, je suis doublé par un camping car immatriculé en France. Je fais des signes, mais il ne s'arrête pas. Un peu plus loin, il est garé au bord de la route avec un autre camping car et je suis sous le feu des appareils photos. Je m'arrête. C'est l'équipe d'accompagnement de Serge Girard qui est en train de faire le tour de l'Union Européenne en courant. C'est un projet d'un an et de 25 000 km, sans un seul jour de repos ! Serge (en orange sur la photo) arrive en courant quelques minutes après et nous pouvons discuter un peu. Il est pressé de repartir pour ne pas se refroidir. Moi aussi. Je reprends ma route sous la pluie qui commence à tomber.

 


Les jeunes Français de Repvågstranda (N)


image d'un voyageLe 6 juin 2010, j'aperçois une remorque à vélo sur une aire de repos. Il y a un vélo accroché devant, couché par terre. A côté, je vois deux autres vélos. Sur la remorque, il est écrit : « France Finland Norway ». Je me dis que ce sont probablement des Français. En levant les yeux, je vois une cabane hexagonale qui n'a pas de porte. Je me dis que ceux que je cherche sont sûrement réfugiés là-bas, vu qu'il pleut des cordes et que le vent est glacial. J'escalade la colline et effectivement je trouve Hugo, Martin, Yoann et le chien Sasha, un husky, réfugiés à l'abri du vent. Je discute une bonne heure avec ces étudiants en vacances, ce qui me permet de me réchauffer un peu. Ils sont partis d'Helsinki, vont comme moi au Cap Nord et prévoient de redescendre la Norvège à vélo. Le chien voyage dans la remorque pour ne pas s’abîmer les pattes sur la route. Ils ont prévu de le faire tirer dans les côtes bien pentues de Norvège. Ils me disent qu'une amélioration du temps est prévue et qu'ils ne sont pas pressés de repartir. Pour ma part, je vise de passer ce soir le tunnel du Cap Nord pour aller au camping d'Honningsvåg, alors je pars sans les attendre.

 


Les Suisses de l'Hurtigruten


image d'un voyageDu 8 au 12 juin 2010, j'ai passé quatre jours et demi sur le ferry Hurtigruten, depuis Honningsvåg jusqu'à Bergen, en Norvège. J'y ai fait des rencontres intéressantes, notamment un groupe de touristes Suisses, essentiellement des femmes. Elles m'ont vu grimper dans le ventre du ferry avec mon attelage à Honningsvåg, le matin du 8 juin. On a vite sympathisé, la langue française facilitant bien les choses, surtout avec Véronique et sa mère Madeleine. J'ai montré à Véronique, sur l'ordinateur, toutes mes photos prises depuis le début de mon voyage. Lorsque j'ai débarqué à Bergen, le 12 juin, elles étaient déjà dans leur bus, sur le parking. Toute l'équipe est descendue pour me faire un dernier au-revoir et pour une ultime photo de groupe.

 


L'Allemand Horst en route pour Stockholm


image d'un voyageLe 18 juin 2010, juste à la sortie de Bredstedt en Allemagne, je croise un tricycle couché bien chargé sur la piste cyclable située de l'autre côté de la route. Nous nous arrêtons tous les deux. Horst est Allemand et se rend à Stokholm. Son tricycle est le summum du confort. C'est un Scorpion FS entièrement suspendu et super équipé. Non seulement il a une boîte de vitesse Rolhoff dans le moyeu arrière, mais il est aussi bien fourni en électronique : deux haut-parleurs avec radio et musique, GPS, compteur, tout ça alimenté par un panneau solaire rigide fixé derrière l'appui-tête. Le prix du tricycle est à la hauteur de son équipement : 10 000 euros. Par contre, je ne sais pas si cet équipement aurait résisté aux conditions auxquelles j'ai eu à faire face en Suède sur les routes non goudronnées et sous la pluie.

Horst, de son côté, est épaté par les astuces mises en œuvre sur mon tricycle : les sacoches latérales et leur support, l'airzound pour réveiller les automobilistes endormis... Après avoir échangé nos adresses et fait des photos, nous repartons chacun vers notre aventure.

 


L'Allemand Jens en voyage à vélo


image d'un voyageLe 18 juin 2010, à Hattstedt en Allemagne, je croise, sur la piste cyclable, l'Allemand Jens qui, après un début de trajet en train, monte vers le Nord avec son vélo de course équipé d'une remorque monoroue qui porte ses bagages. Après avoir discuté un peu, nous faisons une photo et nous échangeons nos adresses. Jens me donnera des nouvelles quelques jours plus tard par mail.

 


Un petit bonhomme en bois à Lichtenvoorde (NL)


image d'un voyageLe 23 juin 2010, à Lichtenvoorde en Hollande, un petit abri, à l'entrée d'un chemin non goudronné menant à une ferme, attire mon attention. Sous cette cabane en planches, qui doit probablement servir d'abri-bus pour les enfants de la ferme qui se rendent à l'école, un petit bonhomme en bois, genre Pinocchio, est assis sur le banc. Il tient dans une main une lampe tempête et lève l'autre bras en l'air comme s'il voulait faire signe au chauffeur de bus de s'arrêter. Il m'a bien plu, ce bonhomme là.

 


Au camping de Kessel (NL)


image d'un voyageLe 23 juin 2010, j'arrive au camping de Kessel vers 19h00. J'ai droit à un régime de faveur. On m'offre une bière, puis une saucisse chaude et des frites et on m'attribue un emplacement à côté d'une tonnelle équipée avec une table et des chaises en fer. Le lendemain matin, je sonne chez la patronne pour régler la nuitée. Au bout d'un certain temps, elle sort accompagnée d'un molosse géant à quatre pattes qui fait entendre sa voix. À ma demande de régler l'hébergement et mes consommations de la veille, elle me répond que pour moi, c'est gratuit et que ça lui fait plaisir de me l'offrir. Je la remercie vivement et je fais une photo avant de reprendre ma route.

 


Le Belge Bendadou va au travail en vélo couché


image d'un voyageLe 25 juin 2010, je roule avec plaisir sous le soleil le long de la Meuse, sur la piste du Ravel, lorsque je suis rattrapé par un cycliste couché. Nous nous arrêtons pour discuter quelques minutes. Bendadou est membre du forum Vélorizontal et il se rend à son travail à Namur. Nous discutons un petit moment, nous faisons une photo en posant l'appareil sur une péniche accostée au bord de la piste, puis il me fait ses adieux et fonce vers Namur. Je vais dans la même direction, mais très vite, il ne sera plus qu'un point à l'horizon.

 


Les oies du Ravel à Yvoir (B)


image d'un voyageLe 25 juin 2010, j'effectue mes derniers kilomètres en Belgique, sur la piste du Ravel le long de la Meuse, avant de rejoindre la frontière française. Juste avant Yvoir, la piste est entièrement occupée par plusieurs centaines de volatiles accompagnés de petits. Tout ce monde met un temps fou à bouger et je suis obligé d'attendre qu'ils veuillent bien me laisser passer. Ils ont bien mis deux minutes à se décider à plonger à l'eau. Trop surpris, je n'ai pas penser à faire une photo de cette belle famille. Je me suis rattrapé en prenant ce couple que j'ai croisé quelques centaines de mètres plus loin.

 

Le poney et le chien à Saint-Cirice

image d'un voyageLe 23 février 2010, juste avant le village de Saint-Cirice, en Tarn-et-Garonne, on a croisé ce charmant équipage...

 


Un peu plus loin, sur les hauteurs de Saint-Cirice en allant vers Sistels, nous avons été « adoptés » par un chien. Il est arrivé en courant dans le champ longé par la route. Il a traversé le buisson puis s'est presque jeté sur moi alors que je venais de m'arrêter pour faire face à la situation. Il n'était pas du tout agressif, mais plutôt trop affectueux. J'ai réussi à calmer ses ardeurs et à le faire s'écarter du tricycle pour ne pas lui rouler sur les pattes. Quand il nous a vu repartir, il s'est mis à courir à notre allure et il nous a suivis ainsi pendant plusieurs kilomètres, s'arrêtant quand nous nous arrêtions, et repartant comme nous. Un peu embarrassés, nous avons croisé un cycliste inquiet de voir ce chien imposant gambader autour de nous.


 


Voyant qu'il ne se résignait pas à nous quitter et pour ne pas trop l'éloigner de l'endroit où il nous avait rejoints, nous avons fait demi-tour pour tenter de le ramener vers le chemin menant à ses maîtres. Il a montré quelques signes de fatigue, car nous menions une allure un peu rapide pour lui. Comme la route était en descente vers Saint-Cirice, il a fini par abandonner la course là où il nous avait rejoints et nous ne l'avons plus revu. Espérons qu'il est retourné chez lui.

 

Le portail en trompe l'œil de Saint-Sixte

image d'un voyageEn roulant, près de chez nous, sur une route où nous n'allons pas souvent, nous avons rencontré ce joli décor de bord de mer Méditerranéen sur la commune de Saint-Sixte, en Lot-et-Garonne. Peint en trompe l’œil, c'est l'entrée d'une jolie maison dont le porche accueille les visiteurs de manière inattendue dans la région.

 

Pages : < 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 >